Accueil >> Prépa concours paramédicaux >> Coline, en école de psychomotricité à Toulouse
Coline, en école de psychomotricité à Toulouse

Coline, en école de psychomotricité à Toulouse

Qu’est-ce que la Psychomotricité ?

Le psychomotricien a pour mission d’évaluer les fonctions sensori-motrices, perceptivo-motrices, tonico-émotionnelles et psychomotrices. Il analyse leur intégration, leurs interactions et il pose un diagnostic psychomoteur.
L’objectif des soins psychomoteurs est de permettre au patient de :
- Prendre conscience de son organisation psychomotrice.
- D’en réduire les dysfonctionnements, qu’ils soient d’origine psychique ou physique.
- De restaurer ses capacités de participation et d’adaptation aux activités de son environnement.
                Le psychomotricien instaure pour cela une relation thérapeutique en utilisant des techniques corporelles, sportives, manuelles,… ou des médiations telles que le jeu, l’expression artistique, l’éducation gestuelle, la relaxation psychomotrice … Ces médiations sont les outils proposés par le psychomotricien pour la réalisation du projet thérapeutique individualisé élaboré avec le patient ou sa famille.

Les études ?
Pour l’instant les études de Psychomotricité durent 3 ans.
- La première année est la plus théorique (Car il faut avoir un minimum de théorie avant d’accéder à la pratique). Elle est majoritairement axée sur le développement de l’enfant « Normal » et sur le vieillissement non pathologique (Car avant d’étudier les pathologies il faut connaître ce qui ne l’est pas). Les matières étudiées sont : Psychomotricité (120h), Anatomie (50h), Neuro-anatomie (22h), Pédagogie (22h), Psychiatrie (70h), Psychologie (80h), Physiologie (110h), Epidémiologie, Santé publique, Pédiatrie (6h), Neurologie (26h), Pharmacologie (6h), Pathologies Médicales (8h).
Il y a aussi de de la Psychomotricité pratique (Les TP) tels que des TPs sur le Tonus, sur les coordinations, sur l’espace etc…
Enfin il y a un stage de 80h à réaliser en crèche ou en maternelle. Puis il faudra rendre un rapport de stage dessus.
- La deuxième année est plus axée sur les différentes pathologies en psychomotricité. Il y’a plus de TP qu’en première année.
De plus il faut réaliser 200h de stage. Chaque étudiant fait un stage long d’environs 100h, c’est-à-dire qu’il va en stage tous le jeudi dans une structure avec un psychomotricien durant un semestre. Il y a aussi des stages courts à réaliser pour valider les 100 autres heures. Pour ces stages des périodes sont réservées (En Juin après les partiels, durant les vacances scolaires, début Septembre et une semaine durant l’année est banalisée par l’école).
- La troisième année s’axe plus autour du soin, de ce que l’on va mettre en place pour aider la personne qui vient nous voir en consultation. Les différentes façons de pratiquer etc…
Durant cette 3ème année il faut réaliser 400h de stage. Pour ça les étudiants vont en stage tous les lundis et mardis durant toute l’année.

La prépa, le concours ?
Il faut savoir qu’il existe 12 écoles de psychomotricité en France. 3 sont accessibles en passant par la première année de médecine (Mulhouse, Bordeaux et Orléans). Et 9 écoles sont accessibles par concours (Toulouse, Lyon, Hyères, ISRP Marseille, Rouen, ISRP Paris, Les Mureaux, Paris Salpêtrière, Lille). Il est donc possible de passer tous ces concours !
Il faut aussi savoir que les matières demandées au concours sont toutes les mêmes (Biologie niveau première et terminale mais en un peu plus poussé quand même… et du Français).
Pour ce qui est de l’épreuve de Biologie, les sujets varient suivant les écoles, certaines peuvent proposer un QCM, d’autres des questions rédactionnelles et d’autres des exercices.
Pour le Français ce sera toujours un texte à résumer.
Chaque école dispose d’un numérus clausus différent (Voir plus bas résumé des écoles et dates des concours).
Le mieux est de passer le plus de concours possibles mais cela a un coût, environ 100 Euros par concours et ensuite il faut prendre en compte le prix du transport pour aller sur le lieu et l’hébergement.

Donc la prépa au concours est nécessaire pour passer les concours psychomot’ (Je pense) car il est très difficile de se motiver à travailler 2 matières chez soi seul. Et de plus avoir seulement de la biologie et du Français semble facile mais pas temps que cela. Il faut être le meilleur possible. Et comme il n’y a que 2 matières il ne faut pas en louper une…


Êtes-vous satisfaite de votre formation ? Et pourquoi ?
                Je suis satisfaite de la formation que je reçois à Toulouse. Ce n’était pas totalement ce à quoi je m’imaginais mais plus j’avance dans mes études et plus je me rends compte que la psychomotricité est un domaine très vaste est très intéressant. En cours et en TD je ne m’ennuie jamais !
Mes profs me passionnent et nous font nous poser les bonnes questions pour notre futur métier.
Après, il faut savoir que Toulouse est une des premières écoles de psychomotricité apparue en France et dispose d’une formation très complète.
Même s’il y a des différences d’enseignement dans les écoles, il ne faut pas les juger. Chacune à sa spécialité et nous forme au même métier : Celui de Psychomotricien.
De plus comme la psychomotricité est en constante évolution, il faut aussi se former à côté surtout pour les professionnels, car beaucoup de choses sont publiées et nous permettent de faire évoluer nos différentes méthodes de soin et de faire évoluer la recherche.

Pourquoi vous avez décidez d’être psychomotricienne ?
                Je savais que je voulais travailler dans le paramédical mais dans quoi au début je n’avais aucune idée. Infirmière ? Ergo ? Kiné ? Il y en a tellement. Et un jour m’a grand-mère a eu un AVC puis lors de sa rééducation a dû consulter une psychomotricienne. Je l’ai rencontrée, j’ai vu un peu ce qu’elle faisait et cela m’a intéressé.
Du coup j’en ai rencontré une par la suite et ceci m’a vraiment plu. Ce que j’aime dans le métier de psychomot’ c’est le contact humain que l’on a avec les personnes. Chaque prise en charge est différente, il faut vraiment connaître la personne, la soutenir, l’aider. Mais ce que j’aime le plus c’est que l’on rééduque, on aide la personne sans forcément qu’elle s’en rende compte, on essaie de toujours passer par le plaisir. En psychomotricité, il faut toujours être positif, passer par le jeu, apporter la notion de plaisir ! 


En plus :
- Avant de vous lancer dans des études pour un métier, essayer de rencontrer des professionnels, de vois comment ils travaillent et si cela vous intéresse vraiment ! Rencontrez le maximum de professionnels !
- Faites attention aux dates d’inscriptions pour les concours, certains sont déjà clôturés il me semble.
- Passer un concours l’année de terminal ne peut être que bénéfique. Car lorsque vous passerez des concours l’année d’après vous saurez à quoi vous attendre. Et ceci permet de vraiment se rendre compte du nombre de personnes qui ont envie de faire ce métier et que l’accès dans les écoles n’est pas si facile que ça !

Voici les dates des concours, les fins d’inscriptions et le nombre de personnes admises :

Ville

Nombre de Places

Toulouse

50 Places

Hyères

40 Places

Paris Salpêtrière

155 Places

Les Mureaux

25 Places

Lille

70 Places

Lyon

60 Places

Rouen

20 Places

ISRP Paris

210 Places

ISRP Marseille

75 Places


Il y a environ 1500 candidats par concours.